Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à Libourne

Publié par Bernard Guimbertaud

A-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à Libourne
A-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à LibourneA-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à Libourne

Homme passionné et passionnant, Léon Jourdain a débuté la colombophilie il y a plus de 70 ans à l'âge de 13 ans à Masnières proche de Cambrai avec son grand frère Paul. Il est vrai que l'on sortait de la deuxième guerre mondiale et qu'il n'y avait pas beaucoup de pigeons à l'époque. D'autant plus difficile qu'il devait jongler entre les pigeons, le foot, et la musique. A 16 ans notre homme dû s'éloigner de ses pigeons et cette fois c'est lui qui entrepris les voyages par de réguliers tour de France avec son maître compagnon du devoir pour s'initier au métier de souffleur de verre industriel. Comme ses pigeons il rentrait régulièrement au domicile familial et ainsi pratiqua jusqu'à 34 ans sa passion de footballeur au poste de gardien de but. Cette période fût entrecoupée dès l'âge de 20 ans par 36 mois de service militaire en Algérie en pleine période de conflit. Si une seule permission pour rentrer à la maison lui fût accordée il réussi à continuer de pratiquer le foot et même participer à la coupe de France de football avec le club de la banlieue d'Alger .

En novembre 1969, en sa qualité de technicien des machines outils destinées aux chaînes de production des bouteilles en verre, il a l'opportunité de participer à la création de l'usine de fabrication à Vayres, l'une des plus importante dans la région. Recruté par Antoine Riboud (BSN) le nordiste s'acclimata rapidement à cette nouvelle région. On ne peut pas douter de sa compétence professionnelle quand on sait qu'il a été le premier à partir en 1981 aux Etats-Unis pour réceptionner la première machine totalement électronique qui venait remplacer celles utilisées en France (pneumatique et électrique). La passion du pigeon étant toujours dans un coin de sa tête il souhaita préparer son départ à la retraite, prise en 1991 après 44 ans d'activité, et deviendra de nouveau colombophile en 1985. Tout d'abord il reçu quelques pigeons des membres de son nouveau club, Le Pigeon Sport Libournais, complétés par des achats chez Pierre Denoyelle d'Hesdin.Toutefois en 1987 la paramyxovirose a anéanti sa colonie. Sans se laisser abattre il acquiert quelques pigeons du belge Fabri mais surtout grâce à Serge Papuga qui lui vend plusieurs couples d'origine Constant Rahier, le vainqueur national de Marseille. Une femelle Rahier 142319 de 1990 n'a sorti que du bon et pondait des oeufs en "or". Sa souche perdurera et une fille devint extra reproductrice la 00667 et fût accouplé à un mâle offert par Alain Cerclier d'Auby qui cultive l'origine Huizer (NL), son meilleur yearling accidenté par le chien du voisin, surnommé le Rescapé. Aujourd'hui Léon a changé sa souche il a introduit une femelle Verkert x Piet Ven Merwe par Bernard Blaizot accouplé à un mâle de chez Angel Blanco d'origine Van Diest. Plus récemment en 2017 et suite à l'arrêt de Michel Geneste autre champion du groupement Gironde il vient d’acquérir une dizaine de pigeons de vitesse, demi fond et fond, la concurrence n'a pas fini de souffrir.

Ainsi dès 1993 il termina 2ème sur les 150 colombophiles que comptait le groupement Gironde. Son premier titre de champion du groupement date de 1996 et aujourd'hui après 30 ans de compétition il compte 14 titres de champion, et encore cette année il conserva la tête du classement général sur les trois quarts du championnat.

Résident à Libourne, Léon habite une superbe maison proche du centre à côté d'un terrain de foot et dispose de trois colombiers de jardin pour les veufs et un à l'étage pour les jeunes. La colonie se compose de 30 veufs et une soixantaine de jeunes élevées tous les ans. Les 14 couples de reproducteurs sont accouplés en même temps qu'un compartiment des voyageurs début décembre pour élever la première tournée. Ensuite c'est au tour des deux autres compartiments de voyageurs de prendre en charge la deuxième tournée des reproducteurs. Ce système lui permet de disposer de la majorité des jeunes très tôt dans la saison qui pourront bénéficier d'une douzaine d'entrainement avant de participer à tous les concours de pigeonneaux du groupement et même être dégrossis avec ceux de l'amicale des vallées qui débutent leurs concours avant ceux de la Gironde. En plus Léon dispose de deux compartiments pour ses deux meilleurs mâles reproducteurs qui lui servent d'étalon et ont la chance de pouvoir rencontrer plusieurs femelles. Après la saison Léon fait le vide sanitaire dans ses colombiers qui sont désinfectés à l'eau de javel, les pigeons s’exilent pour l'automne dans les trois volières ouvertes sur les trois côtés.

En matière de jeu Léon joue au veuvage classique, les femelles ne voyagent pas. S'il a été tenté il y a quelques années par le veuvage global, il a vite abandonné, ses femelles ne volaient pas et s’accrochaient au grillage même obscurci. Au dire de Léon cette année là il a vieilli de plusieurs années d'un seul coup. Sa méthode de jeu est simple l'intégralité des veufs partent tous les dimanches, seuls les yearlings qui ont montrés d'excellents résultats jusqu'à 500 kms restent au colombier pour les concours de fond les autres yearlings continuent la ligne de vol. Sur le plan de la nourriture pendant les concours des mélanges légers de très bonne qualité jusqu'à 500 kms, puis plus riches, recommandé par des firmes spécialisées. Par contre hors saison il achète ses graines chez un agriculteur local et donne 70 % d'orge, complété par du maïs du blé et un peu de tournesol. Sur le plan sanitaire rien d'exceptionnel, pendant la saison sportive seulement un traitement contre la trichomonase de 5 jours toutes les 3 semaines. En dehors il intervient en cas de problème avec l'aide d'un vétérinaire.

Quant à sa sélection, Léon est très sévère, seuls les pigeons qui ont des résultats compétitifs sont conservés. Il renouvelle, en règle générale 50 % de son effectif tous les ans, voire plus si c'est nécessaire. Cette année 6 casiers seront occupés par des tardifs, une fois la sélection faite.

Outre ses quatorze titres de champions du groupement, Léon accumule des résultats exceptionnels.

Son meilleur pigeon fût le 137544/2003 qui a réalisé 10000kms/prix. Un autre crack le 01285/2003 bague en Or nationale 2003. Le 326561/2002 bague en Or nationale toutes distances et 4ème au championnat d'Europe.

Les résultats 2017 au groupement de la Gironde sont :

1er en demi-fond, 3ème au championnat de vitesse, 4ème au championnat pigeonneaux et yearlings, 5ème au général au premier constaté, les 4 premiers AS pigeons vitesse, 3ème AS pigeons demi-fond.

Classé au championnat de France : 100 à 300 kms : 9ème, 500 à 750 kms : 15ème, Vase de Sèvres : 13ème. Ces résultats ont beaucoup de mérite pour un amateur qui joue dans une région ou il n'a que 18 concours dont 3 vitesses non pris en compte car il manque 7 kms.

Quelques concours en 2017 : Boves - 584 kms 1/842, Montoire - 329 kms les 6 premiers prix sur 1243 pigeons, Pont Sainte Maxence - 533 kms les 5 premiers au fédéral, Sigogne - 92 kms les 8 premiers prix sur 1267 pigeons, Saint Junien - 142 kms 1er sur 1193 pigeons.

Avant de conclure je voudrai dire que Léon Jourdain consacre aussi beaucoup de temps aux autres, il est depuis de nombreuses années Président du Pigeon Sport Libournais et ancien Président de la 18ème région.

Pour moi il demeure incontestablement le meilleur colombophile du groupement par ses résultats inégalés, un compétiteur hors pair et j'ai beaucoup de plaisir à le croiser dans les différentes manifestations. Je lui souhaite le meilleur pour les prochaines années.

 
 
A-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à Libourne
A-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à LibourneA-7:Visite du 22.02.2018 chez Léon JOURDAIN à Libourne